Comment libérer votre parole

Communication 1

« J’te déteste ! »

« Ca tombe bien ! moi aussi. »

Tout un programme ! Mais qu’est-ce que ça fait du bien !

Aujourd’hui je voudrais, amis lecteurs, évoquer avec vous l’importance de dire les choses, de se dire ce que l’on a sur le cœur.

C’est important à plus d’un titre, quelle que soit la sphère envisagée : conjugale, familiale, amicale, professionnelle.

Car le silence est vecteur de frustrations, de rancœur, d’insatisfactions qui vont, au final, polluer la relation et votre vie.

Vous êtes une personne à part entière…

… Avec un caractère, des souhaits, des attentes, des envies, des besoins, des passions, des choses que vous détestez.

Et tout cela vous souhaitez pouvoir les dire, les exprimer, mais ce n’est pas toujours possible : ce n’est pas le moment, ce n’est pas l’endroit, l’Autre n’est pas réceptif.

Au final, il y a toujours une bonne excuse pour remettre à plus tard le fait de dire ce qui, au fond, vous mine, vous déplait, ou vous donne envie.

Parfois même vous laissez les autres s’exprimer pour eux-mêmes ou, pire, interpréter ce que vous pensez ou voulez.

Non, il faut mettre un terme à cette dynamique du silence.

Libérez votre parole

Bien souvent les contraintes sociales et la bienséance font qu’il n’est pas possible de toujours tout dire, en tous les cas pas de but en blanc.

Il faut y mettre les formes.

On n’imagine pas dire à son chef de service qui rentre de son déjeuner encore soul qu’il ferait mieux de se reprendre en main s’il ne veut pas perdre son travail. Non.

Et pourtant ça vous démange.

Parfois, vous pouvez ressentir une certaine empathie et anticiper un sentiment de tristesse par exemple si vous veniez à dire à votre amie qu’elle vous ennuie sérieusement avec ses histoires.

Ou encore si vous deviez dire à votre conjoint que vous ne supportez plus les petits plats qu’il prépare pour vous faire plaisir.

C’est une erreur.

Une erreur car, d’une part, votre silence conforte l’Autre dans la conviction que vous aimez, que cela vous est égal, ou encore que cela vous intéresse.

Et d’autre part, cela vous enferme avec un sentiment de frustration qui, s’il n’est pas libéré, va s’amplifier jusqu’à ce qu’il ne soit trop tard.

Quelques astuces pour vous lancer

– Dites simplement les choses : pas la peine de faire des phrases alambiquées et compliquées qui vont brouiller le message.

Soyez francs : dites vraiment ce que vous ressentez, n’allez pas trouver un mensonge ou une excuse pour vous justifier.

Soyez direct : il ne faut pas noyer l’information dans un flot d’autres éléments.

Ne culpabilisez pas : c’est inutile.
Pensez-vous que les autres se sentent gênés lorsqu’ils vous font une réflexion ?
Vous n’avez pas à gérer les sentiments des autres, vous avez bien assez avec vous.

Pour finir, j’ai envie de vous dire que la franchise paie toujours.

Passé la surprise de votre remarque, ceux qui vous aiment et vous apprécient vous remercieront d’avoir dit les choses.

Cela prouve que vous vous impliquez dans les relations.

Et qui sait, peut-être seront plus francs eux aussi avec vous.

Merci pour votre lecture !

Si vous souhaitez réagir à cet article, laissez un commentaire juste ci-dessous.

Enfin, pour être sûr(e) d’être au courant des prochains articles, abonnez-vous à la newsletter, ainsi vous serez automatiquement informé(e) de chaque nouveau post.

A bientôt !

Je télécharge mon eBook GRATUIT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *